De Bariloche hasta Coyhaique

Ça y ‘est, après des tribulations riches en émotions, les trois compères se sont quittés, l’heure était finalement venue pour que chacun vive son voyage!

Au passage, voilà quelques photos de notre chère Netta Hansnar, sur le Rio Fuy, la semaine précédent nos départs recpectifs:

Un bel enchaînement derrière los Saltos Léonas du Rio Fuy


Le seuil suivant, avec un beau rappel à droite!

DONC, tandis que nos chers amis, Thomas et Fanch, s’adonnaient aux joies d’un tourisme explosif mellé de ballades, pêche, baignades et asados; Gaël, Netta et moi prenions la route pour l’Argentine!

Première etape  sur le Rio Golgol  à la frontière de l’Argentine! Suite à l’erruption du volcan Puyehue en Juin dernier, le Rio connue comme l’une des nombreuses perles Chiliennes était, comme le Rio Nilahué, malade!!Marron-noir de cendres, de pierres flottantes, des rochers difficiles à voir, les bords cimentés par les cendres volcaniques, une température bien froide, tout ça à 2 kayakistes,  sur un parcour contenant au moins un portage, et des passages formés par des chutes allant de 4 à environ 15 mètres (Salto de la Princessa)…Tants de facteurs qui nous ont fait renoncer!!Nous avons donc passé la frontière, dans un paysage complètement irréaliste, voir fantastique, entre hiver et automne, une végétation autrefois luxuriante, aujourd’hui mourante, ensevelie sous les cendres volcaniques!!

Allez, plus gaie maintenant! Nous avons ensuite fêté  Noël, et les 30 ans (mince fallait pas dire l’âge) de Gaël a Bariloche, accueillis chez des amis : Mathias Della Rosa et Mariano Buenaventura!!Comme toujours, une belle semaine agrementée d’asados, de sorties aux bars et en boite de nuit, chez le mécanicien aussi, et bien sûr en KAYAK!!

Le Rio Manso, au sud de Bariloche, contient plusieurs sections, séparées entre elles par des lacs, il se jette au Chili dans le Rio Puelo (a faire la prochaine fois!!). C’est sur la partie haute, dans le parc de los Alerces (un arbre millénaire particulièrement présent dans cette région) que nous nous sommes rendus .  Après 1h30 de route, à travers de superbes paysages montagneux et tout récemment enneigés, nous nous retrouvions devant le Salto de los Alerces, une superbe chute d’un peu plus de 15 mètre!!

Moi même dans le Salto de los Alerces, avec un léger lavage de sinus en récéption...

Environ 200 mètres au dessus, le rio Manso se sépare en 2 bras, le cannal de gauche donne naissance au « Ducky Slide », un slide d’une vingtaine de mètres de dénivelé et un peu plus en longueur, avec une entrée technique et une prise de vitesse plutôt incroyable!!Sensations garanties!

Vitesse enregistrée:mac 12!

Le 26 décembre, nous partions enfin en direction du légendaire Rio Futaleufeu!!Bien évidemment il nous fallait quelques histoires pour nous y rendre: Un énième passage chez un mécanicien à Esquel (dernière ville étape avant la frontière chilienne et le Futaleufeu), un problème d’assurance lors d’un contrôle policier, et bien sûr un contrôle de 2 h à la douane (sortie du côté argentin) avec passage au Rayon X de toutes nos affaires (y compris les kayaks)…

Don Leon dans le premier rapide à l'embarquement

Enfin arrivés à Futa (pour les intimes…), on y a retrouvé notre cher Fédé l’Italien, et Julio le Péruvien qui y travaillent comme guide  de raft, safety cata rafts et kayaks, ainsi que le groupe des « allemands » enmenés par Anne Hubner.

Puis nous ont rejoinds le lendemain Aniol Serrasolses (Allez voir son blog: http://aniolserrasolses.blogspot.com), et son pote Marcos Gallegos, qui nous a accueilli plusieurs jours chez lui.

De là, nous avons navigué comme des furieux toutes les sections du Futa tous les jours, avec une petite pause quand même le lendemain du nouvel an!!!Un régal, le niveau d’eau était moyen au début, puis est descendu assez vite, mais même par bas niveau le Futa restera l’une des rivières les plus belles au monde!

Le Futaleufeu est un paradis du volume, des eaux turquoises, une cinquantaine de kilomètres de la classe II à la classe V:

– La section du canyon del Inferno avec ses 5 km de classe IV-V continu et sans echapatoire, suivi après quelques kilomètres du rapide « Zeta », Classe V, réputé comme le plus dangereux, puis de « Throne Room », classe V, le plus puissant et le plus impressionant.

Florent dans Zeta

Aniol dans Throne Room

Moi même dans Throne Room, vue d'en haut

Gaël dans Throne Room

– La section « Terminator » s’en suit, elle porte son nom du rapide classe V le plus long et le plus technique du Futa, avec en plein milieu un rappel gigantesque nommé le « Terminator »…De nombreuses lignes existent pour ce rapides, toutes sont belles mais celle du centre reste la plus engagée…Viennent ensuite d’autres superbes rapides comme « Hymalaya » dont je vous laisse imaginer par ce nom la taille des vagues!!

Mathias le Norvégien, suivi par Gabriel le Quebecois dans Terminator, ligne du milieu!

– La section dite classique classe III-IV-V (selon les niveaux), celle des rafts, dite  « puente a  Puente », est continue et tout autant magique, plus propice au playboat. Elle commence par « entrada » avec une superbe vague dès le début: »Pistola », suivie de nombreux autres rapides: « Pillow », une autre vague:  » Magic Carpet » et ses belles marmites qui nous attendent à la sortie, ainsi que le fameux « Mundaca » dont les machoires à certains niveaux en ont croqué plus d’un!!

A la fin de cette section, il est possible de finir par 2 superbes rapides: « Mas o Menos », classe IV, puis le magique « Casa de Piedra », dernier rapide, classe V, l’un des plus beaux!

L’étape suivante, le encore plus légendaire Rio Baker, quelques 800 kilomètres de pistes de Carretra Austral plus au Sud, était prévue début Janvier! Nous sommes partis le 3, mais au bout de 200 kilomètres, la Subaru a lachée, en plein milieu de nulle part….des problèmes éléctriques irréparables avaient raisons de notre chère Subaru Loyale Break année 1993!

Une dizaine de jours de galères plus tard, je revendais finalement, à contre coeur, la voiture pour une bouchée de pain, à Coyhaique, dernière « grande » ville de la Patagonie…

Gaël et Netta sont repartis au Nord, vers le Rio Maïpo, où ils essayeront de travailler, pour renflouer les comptes, vidés dans ce dernier voyage raté pour le Baker…Quoi qu’il en soit on aura bien voyagé et navigué ensemble, merci  encore a Gaël et à Netta pour toutes ses superbes photos! Le blog de Gaël: http://gaelcaride.blogspot.com/

Le projet de barrage sur le Rio Baker n’aboutira pas, apparement avant 2014, nous auront donc peut être notre revanche l’an prochain!!

Après m’être finalement ratrappé par une semaine de kayak intensif au Futaleufeu, je repars maintenant en direction du nord!

A suivre…

Jean, en direct de Futaleufeu le 19/01/2012

Publicités

3 réflexions sur “De Bariloche hasta Coyhaique

  1. G d'Ail dit :

    Yeeeaaahhhhh !!!!

  2. banane dit :

    Brave juanitos del talus !!! Lache rien envoie tout !!

  3. pfff, j’te parle plus, tu pars vers le nord au lieu de venir au sud…. mais qu’est-ce que t’es beau dans ton kayak! 😛

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :