La Ultima semana…

Ca y est, nous venons à bout de deux mois de tribulations et exaltations Chiliennes! Quelle belle forme de voyage que de se déplacer au gré des rivières. Les rencontres sont toujours différentes, les paysages évoluent et nous avec.

Le voyage « cul dans l’eau » continue pour Jean qui vient de nous quitter avec la belle Subaru, ainsi que Gaël le Basque et sa douce. Ils prennent la route vers le Sud en traversant l’Argentine (à hauteur de Bariloche), et veulent atteindre l’orgasme ultime sur le Rio Baker, en pleine Patagonie Chilienne.

François et moi passons l’ultime semaine de 2011 sur l’Ile de Chiloé, la deuxième plus grande île du Chili après la Terre de Feu avec pour objectif de manger la moitié de la réserve en huitre du Pacifique pour fêter noël dignement. L’île de Chiloé vit essentiellement de la pêche, l’huitre ici est un peu comme les olives dans ma belle Provence…

Bref, ne nous étalons pas plus, voici en quelques mots mon dernier récit sur ce blog: La ultima semana…

Nous avons quitté, non sans peine, Tamara et son petit hôtel de Pucon dans lequel nous avons vécu beaucoup de moments. C’est émus que nous partons à 5 dans la voiture: Gaël le Basque, Netta sa copine ainsi que nous trois.

Thomas embarque sur le Rio Fuy

Première halte à 100km au Sud de Pucon: le rio Fuy. Nous arrivons facilement et assez rapidement à l’embarquement de la partie haute. Embarquement sur un lac. On se demande comment est-il possible de naviguer du classe V lors de ce kilomètre apaisant d’eau plate, en admirant le volcan Mocho-Choshuenco. Les difficultés arrivent rapidement. On profite de l’eau bleue et du volume d’eau important. Le rapide clef de cette section est le salto Léona. Une première chute de 7m barrant toute la rivière, suivit de deux rapides bien virils débouchant sur un rappel monstrueux inévitable, sauf sur l’extrême gauche. Superbe enchainement.

Fanch dans le Salto Léona, Rio Fuy

Le camping du soir se trouve dans le jardin d’un habitant du coin, qui pour arrondir ses fins de mois de menuisier, transforme son jardin en un camping paradisiaque au bord du Fuy. Le lieu nous inspire largement et nous allons de ce pas acheter viandes, légumes et cerveza pour célébrer cette magnifique journée et ce lieu de rêve. C’est dans cet endroit hors du temps et loin de la civilisation que nous nous endormons sereinement. Nous retournons bien volontiers le lendemain sur le haut Fuy et enchaînerons la partie basse, un bon cran en dessous.

Le lendemain soir, petite pause à Punguipulli, au bord du lac du même nom. Nous fêtons l’anniversaire de Fanch (26 ans!!!) comme il se doit dans un camping désert. A nouveau, le goût d’un bon morceau de viande se fait sentir… la magie de la viande Chilienne fondant sous la langue nous ensorcelle une fois de plus!

Asado au camping de Panguipulli

C’est ensuite le rio Nilahue qui nous attend avec impatience. Cette fois, 4h d’auto (comme ils disent ici). Nous arrivons sous un déluge de pluie, présage étrange lors de notre arrivée. On installe rapidement les tentes au bord du lac dans un petit camping. Il nous reste quelques saucisses de la veille que nous faisons cuire rapidement au feu de bois (sous la pluie). La soirée ne sera pas longue, et nous permettra de se rassurer sur l’étanchéité de nos tentes…

Nous voici au salto Nilahue. Cela peut paraître étrange pour certains, mais nous sommes ici seulement pour la chute, le reste de la rivière n’est pas intéressante selon les topos et infos que l’on a. La chute par contre est superbe. Une vingtaine de mètres, une entrée des plus fines.

Seul problème, le volcan situé en amont a explosé il y a peu de temps. La rivière est noire de cendre, des cailloux flottent dans la rivière, du jamais vu. Les yeux nous piquent malgré le beau temps. Nous entamons une longue analyse de cette chute; 2 heures à analyser l’entrée, la trajectoire, et les hypothèses de la réception… A priori, nous voulons embarquer de manière à ne pas avoir à franchir le rapide précédent la chute, trop risqué. Il nous faut embarquer en rive droite. La vielle dame propriétaire de ce côté de la rivière nous interdit l’accès à la rivière. Selon elle, il faut laisser la rivière en paix car elle va mal. L’embarquement en face est très délicat. Nous pouvons vite embarquer chez la dame et sauter la chute, elle ne nous courrira pas après. On est tous d’accord de ne pas faire ce geste irrespectueux. De plus, trop de doutes nous envahissent, trop de questions. Nous décidons de renoncer et ne pas se jeter dans cette magnifique chute.

Les restes du rio Nilahue flottant sur le Lago Ranco

Nous reviendrons quand la paix sera de retour sur le rio Nilahué. Nous reprenons la route vers le Petrohué, à quelques kilomètres de Puerto Montt, dernière ville avant la Patagonie.

Nous arrivons en fin d’après midi et installons nos tentes près de la rivière, mais cette fois pas dans un camping. On se rend vite compte de l’enfer qui nous attend… Invasion de moucherons et de moustiques. Le feu autour duquel nous nous réfugions pour cuisiner ne change rien. On peine à respirer tellement ils nous encerclent. On fini dès 20h enfermés dans la tente, à l’abri!

Le Rio Petrohue coule au pied du volcan Osorno, immense cathédrale de glace. Nous embarquons à nouveau dans un lac, et descendons avec succès les 8km de cl IV, IV+ à volume.

Netta pendant notre navigation pêche une grosse truite (4kg, 45cm) que nous mangerons le soir avec des patates au beurre et des oignons cuits dans les braises. Très belle dernière soirée tous ensemble, au bord du deuxième plus grand lac Chilien.

C’est pour ma part, avec de l’émotion que j’arrête le trip kayak. Que de coups de pagaies donnés, de kilomètres de rivières parcourus, de kayakistes rencontrés, dans des endroits toujours plus fabuleux. Belle aventure sportive et surtout humaine. Il me reste 1 mois et demi, que je vais mettre à profit de la Patagonie avec mes sœurs qui me rejoignent pour ma plus grande joie à la fin du mois. J’ai pris beaucoup de plaisir à partager ces tribulations Chiliennes avec vous, et vous remercie pour l’intérêt que vous avez porté à notre voyage.

La dream team: Jean, Gaël, Thomas, François

Je vous laisse entre les mains de mes deux compagnons, amis…

Fanch prépare déjà les prochains clips, et Jean navigue fort dans le Sud!

Publicités

3 réflexions sur “La Ultima semana…

  1. Robert.H dit :

    Merci de nous faire partager ainsi votre voyage.Bon Noël à vous tous!

  2. Philippe dit :

    Joyeux anniversaire François =/
    Des images magnifiques vous nous faites voyager avec vous c’est formidable que de paysage extraordinaire…
    Joyeuse fêtes a tous ❤
    Emma

  3. claudine dit :

    Belles images, un beau trip, vive la vie et le kayak!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :